Clémentine Duguet à l'orgue de barbarie
Animation à l’orgue de Barbarie

 

Quand Bébert se tape un carton, quand il s’en tourne une petite,
quand il se met à jouer des sifflets, notre mémoire auditive
nous renvoie illico au début du siècle, dans une arrière cour ou
sur une place aux pavés brillants, au temps des chanteurs de rue !

Bébert, c’est un orgue de Barbarie, beau comme un bateau qui rie...
C’est un orgue de Barbarie qui ne barrit pas mais qui chante...
Un avaleur de cartons perforés, un ogre tout sauf barbare...

Et c’est Clémentine qui donne l’huile de coude pour tourner
la manivelle et qui pousse la goualante !

“Approchez m’ssieurs dam’s !! chantez donc z’avec !!
Ca c’est d’la musique ! C’est d’la chanson des rues !!
Rien que des refrains et des couplets !! Approchez approchez !!”

Et voici la Plus Bath des Javas, la Valse Brune,
Sur les Quais du Vieux Paris, Ca c’est passé un Dimanche,
la Java Bleue, Amour et Printemps, Quand on s’promène au Bord de l’Eau....
et bien d’autres encore...

 

Bébert et Clémentine se produisent en spectacle,
en animation, dans les rues ou dans les palaces,
sur les places ou dans les troquets..... où vous voudrez.....
distribution de paroles et karaoké à l’ancienne !!!

 


 

 

“Par une belle matinée d’été, Clémentine et son orgue de barbarie
nous rappellent l’ambiance des marchés d’antan.
La magie de son instrument émerveille les petits et les grands.
Moment convivial où le plus difficile n’est pas de faire
chanter l’auditoire mais de l’arrêter !!”
“Amoureusement moulinés à la main par Bébert, le Roi du carton,
les airs d’antan ont résonné dans le square des écoles, portés en choeur
par le public et la gouaille de Clémentine:
“Quand Madelon vient nous servir à boire...”,
“..allez, venez Milord, vous asseoir à ma table...”,
”Accordez, accordez accordez donc, l’aumône à l’accordé-l’accordéon...”